Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Ecologie de l'Information

L'Ecologie de l'Information

L'information est ce qui transforme le monde


Naufrage de la communication sarkozienne

Publié par Pierre Gandonnière sur 17 Septembre 2010, 16:53pm

le_radeau_de_la_Meduse.jpeg

Bien peu probable que le président Sarkozy parvienne à reprendre le contrôle de sa communication, tant les choses sont allées trop loin. Elles lui échappent. Non pas par manque de contrôle, mais par excès. Petit exercice d’écologie de l’infformation. On assiste ici à une bataille entre une conception dépassée de la communication politique, celle de l’Elysée, et une construction nouvelle du monde médiatique, bâtie sur le modèle de l’écologie. Cette bataille, l’Elysée est en train de la perdre.

 

La communication élyséennne repose sur des certitudes issues du XXème siècle et sur un modèle fonctionnel : une source arrose une cible. Thierry Saussez, le directeur du Service d’Information Gouvernemental et ex-gourou de la communication politique, ne s’en cache pas, pour lui “l’information, c’est la communication unilétérale”. Celle dans laquelle le récepteur ne peut pas répondre. Comme dans la publicité. Cela donne la stratégie de “une carte postale par jour” : saturer les médias avec de l’information/image sous contrôle, puisqu’elle vient toujours de l’Elysée (principe de la surjection). Cette stratégie s’accompagne de deux corollaires. 1. Sidérer la cible, pour l’empêcher de réagir. Les médias sont tellement menés un train d’enfer, tellement vite on passe d’un sujet à l’autre, qu’ils n’ont aucun espace pour reprendre la main. 2.Dissuader d’autres sources de “communiquer” ou d’informer, par l’intimidation (attaques contre des médias ou des journalistes) ou par le discrédit (les accuser de malhonnêteté, ou d’intentions scabreuses : “trotskystes!”)

 

Le monde médiatique fonctionne comme un réseau d’écosystèmes. Les circulations n’y sont pas linéaires, comme le croit l’Elysée, et comme le modéliste la théorie des fonctions (injection, bijection,surjection), mais suivent plus généralement des boucles, comme les rétroactions. Tout ce qu’on injecte dans le système finit donc par vous revenir dans la figure un jour ou l’autre, en bien ou en mal. Il n’y a pas de “cible passive”. Une information n’est pas une boîte de conserve fermée qui voyage intacte jusqu’à destination. Toute information sera reprise, digérée, transformée, enrichie, déformée, falsifiée, transmise, renvoyée. Personne ne peut prétendre contrôler un tel système multiacteurs. Les délires de toute puissance se cassent les dents dessus. L’environnement , le contexte, jouent aussi un rôle déterminant, ils informent autant que l’information elle-même. Par exemple, la fameuse phrase “maintenant, en France, quand il y a une grève, personne ne s’en aperçoit”, n’a fait rire personne au moment où elle a été émise. Le Parlement était en train de voter la loi dire “sur le service minimum”. Mais ressortie à chaque mouvement de grève paralysant, elle n’en finit pas de tourner en ridicule son auteur. 

 

Deux illustrations 

 

Woerth-Bettencourt :on ne parle pas pendant un  enterrement !woerth_sarkozy.jpeg

Modèle de communication défensive de lElysée. Toute la stratégie vise à étouffer le bruit médiatique de l’histoire. 1 Asphyxier la source, c’est à dire la justice. Le procureur Courroye fait traîner les enquêtes préliminaires. On tente de museler l’enquête conduite par la juge Isabelle Prevost-Deprez. 2 Discréditer les sources dissidentes : la comptable, le majordome, la fille, puis les médias. 3 Distiller par l’intermédiaire du Figaro, les informations correspondant au plan de communication élyséen (surjection). Bien sûr, ça ne marche pas. Comme la source naturelle, la justice, est empêchée, un autre système va prendre le relais pour sortir les informations : la presse. On a voulu fermer l’écosystème judiciaire. On n’a fait qu’ouvrir davantage l’écosystème médiatique. Et la situation échappe totalement à l’Elysée. Désormais, toute information qui sort paraît arrachée à une volonté de dissimulation présidentielle. Il n’y a plus d’informtion officielle crédible. Pendant qu’on enterrait l’affaire, la presse était pourtant priée de se taire.

 

 

1ccb385.jpeg

Le triple clash de Bruxelles

Paris dément mener une politique discriminatoire à l’égard des roms. Mais la circulaire de Michel Bart le 5 Août 2010 dément les dénégations du gouvernement. Lequel se voit obligé de démentir en être à l’origine. De démenti en démenti, on essayera donc de savoir que le 16 septembre, un déjeuner à Bruxelles a -n’a pas- été violent entre Manuel Baroso et Nicolas Sarkozy, puis qu’Angela Merkel a -n’a pas- soutenu le président français en confit avec la Commission et même qu’elle lui a -n’a pas- confié qu’elle aussi s’apprêtait à démanteler des camps de roms. Que démontre cette histoire ? Encore une fois que la stratégie élyséenne ne fonctionne pas et ne peut pas fonctionner. Elle tente bien d’influencer la production d’images-informations selon le principe de la surjection, mais ça ne prend pas. Les informations se produisent, s’échangent, se transmettent librement dans les écosystèmes. Les écosystèmes en jeu sont : les institutions européennes, elles répondent à leur propre logique, l’Elysée ne peut pas en prendre le contrôle; les chefs d’Etat européens, ils ont leur manière de régler les relations et la communication entre eux, dans la culture de la diplomatie, aucun ne peut s’imposer aux autres; la presse internationale en poste à Bruxelles ou à Paris, les intimidations ou tentatives d’influence du président français ne lui font ni chaud ni froid; les systèmes médiatiques et informationnels de chaque état-membre chez lui, qui répondent à leur propre logique, se nourrissent de leur propre culture, avec leurs présupposés, leurs représentations de l’Europe, de la France et du président français. Sur tout cela Nicolas Sarkozy n’a pas la main. Non seulement il ne parvient pas à imposer son point de vue au mépris de la réalité, mais le choc en retour est terrible, si l’on en croit la presse internationale, pas seulement pour lui, pour son image, mais pour ceux qu’il représente, pour la France, pour les français. A la fin cette pauvre Méduse finit toujours par échouer, sur un banc de sable, comme la frégate du tableau en 1816

 

 

Le président français fonctionne selon une homothétie ratée. Le modèle pyramidal qui sert de référence, où tout est contrôlé à partir du sommet, c’est le RPR, exporté ensuite avec plus ou moins de succès à l’UMP. Etendre ce modèle à d’autre figures, comme la France, ou le monde médiatique, sans tenir compte de la réalité de ce qu’ils sont, c’est déjà prendre le risque de naufrager sa communication. Mais sur la scène européenne, sur la scène mondiale, où la complexité est encore plus grande, les vieilles recettes de Grand-Mère Saussez ne fonctionnent plus. Le président français semble dépenser une énergie considérable à essayer de réduire le monde à l’idée qu’il s’en fait. Mais le réel résiste, c’est même à ça qu’on le reconnaît.

Pierre Gandonnière

Commenter cet article

Nelson Bustos 27/09/2010 22:25


Votre article a ceci d'intéressant qu'il détaille comme un tournant dans la communication présidentielle or, Nicolas Sarkozy reste bien plus interactif avec la presse que ne l'aura jamais été le
Général de Gaulle ou alors un François Mitterrand.

Est ce que finalement, ce n'est pas l'évolution du média, à commencer par l'essor du Net et de la participation massive à l'information via les blogs et les sites participatifs qui fait que la
communication institutionnelle telle qu'elle a été pensée dans les années 50 devient inadéquate?

Vous imaginez vous la remarque célèbre de Chirac du "bruit et de l'odeur" reprise en chœur par l'Internet? Qu'aurait on fait à l'époque pour couvrir l'épisode Mazarine de l'ère Mitterrand avec une
communication aussi développée que de nos jours?

La politique française, avec son lourd héritage aristocratique, n'est elle pas en soi inadaptée à nos nouveaux modes de communication en son ensemble et pas seulement dans le cadre du parti au
gouvernement actuellement? La seule particularité de Nicolas Sarkozy en ce domaine est sa volonté de s'inspirer du modèle anglo saxon, quitte à en singer la tradition concernant la First Lady
américaine, tout en ne se donnant pas les moyens de maîtrise des messages qu'il laisse passer.

Je crois donc que peu importe le locataire ponctuel de l'Elysée, nous en serions venus au bout d'un moment à une même conclusion et que cela tient plus à la structure de nos institutions qu'à une
volonté manifeste des communiquants du Président.


Pierre Gandonnière 28/09/2010 06:58



Nicolas Sarkozy prend dans le modèle américain ce qui l'arrange. Par exemple, chez le président étasunien il y a à la fois une communication très maîtrisée (la parole présidentielle
officielle) et des relations avec la presse beaucoup plus libre, à cause du premier amendement. Nicolas Sarkozy n'a gardé que le premier aspect. Il ne donne des
conférences de presse qu'à l'étranger, parce que les autres chefs d'état le font, qu'il ne peut pas l'éviter et que c'est organisé comme ça. Avec la presse française il mène une stratégie de
saturation dont il choisit les thèmes et les images (c'est le principe de 1 carte postale par jour). Oui cette communication est inadaptée au monde d'aujourd'hui parce qu'on ne peut pas maîtriser
le monde médiatique, il est trop diffus (internet, smartphones), on n'est plus à l'ère de la télévision qui dominait tout l'espace médiatique. D'accord avec vous, cela tient
beaucoup à la fonction présidentielle, mais les précédents présidents vivaient dans le monde d'avant, ils n’étaient pas inadaptés. Nicolas Sarkozy devient de plus en
plus anachronique parce que sa conception du pouvoir est très centralisatrice alors que le monde évolue dans l'autre sens. 



jerome manin 18/09/2010 13:29


Je suis étonné à l'heure où la communication à pris une plage prépondérante dans l'activité des collectivités locales de gauche, jusqu'à devenir le principal service et occuper la plupart des
agents, on se détourne de cette hypertrophie délétère pour suivre la mode de l'antisarkozysme. Pas de doute que ce soit rentable à court terme mais après...


Pierre Gandonnière 18/09/2010 16:26



Mon cher Jérôme, je suis étonné de ta réaction "partisane", il ne s'agit pas ici d'antisarkozisme, mais d'une critique de la communication politique faite pour et par Sarkozy. Comme
j'ai pu le faire de al communication politique de la gauche et comme je le referai. "Anti-sarkozisme" n'est pas un argument, mais une attaque ad hominem. Si tu vois quelque chose dans
mon analyse qui te parait criticable, vas-y, mais avec des arguments et des observations. Pas un simple réflexe de défense d'un clan. Cette manière d'attaquer la personne sans répondre aux
arguments fait aussi partie des pratiques politiques qui empêchent tout débat et toute réflexion. 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents