Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Ecologie de l'Information

L'Ecologie de l'Information

L'information est ce qui transforme le monde


Appel pour une communication équitable

Publié par Pierre Gandonnière sur 4 Mars 2011, 17:37pm

Catégories : #Les Essentiels

 

logoComEquit.jpg

Depuis des décennies on  enseigne aux communiquants à fonctionner sur le modèle :

Emetteur   Message Récepteur.

On a beau rajouter la boucle de rétro-action, le feed back,  pour tenter de se convaincre que l’interlocuteur est bien là, quelque part, et qu’on règle l'émission en fonction de lui, le compte n’y est pas. Le destinataire ne peut pas être : juste un réglage.

 

Depuis des décennies la publicité s’adresse à son public comme à des cibles qu’il faut bombarder de messages pour obtenir un effet, qu’on mesure. Et plus l’impact est important et plus la communication est réussie. Ainsi la progression de la malbouffe, la gadgétisation du monde, la marchandisation du vivant, le culte de l’éphémère, la course à l’obsolescence peuvent-elles être considérées comme  le résultat  de communications réussies. On ne peut pas se contenter de mesurer les effets d’une communication en fonction des bénéfices qu’en retire l’émetteur. Les dégâts collatéraux sur les personnes et sur l'environnement doivent aussi être pris en compte. Le destinataire ne peut pas être : juste une cible

 

Les réflexions sur les pratiques commerciales ont conduit à poser les principes d’un commerce équitable, à définir des règles d’échanges qui ne soient pas seulement à l’avantage du plus fort, mais qui s’équilibrent entre les deux parties. D’un côté des bénéfices commerciaux, de l’autre la garantie d’une juste rémunération du travail + des marges de manoeuvre permettant au producteur d’assurer son propre développement et les conditions d’une vie décente. 

 

Et pour la communication, rien? Les producteurs de communication vont-ils continuer à régner en maître sur le domaine en ne s’intéressant à leurs interlocuteurs que pour ce qui sert leurs intérêts à court terme? Réduction du citoyen à l’état de consommateur, confisquation des aspirations humaines au profit de la seule pulsion d’achat, modélisation de toutes relations sur le schéma : fournisseur-consommateur. Même dans le monde associatif?  Même dans le monde de l’éducation, dans le monde de la santé? Même dans la politique, qui en meurt ? 

 

Il y a mieux à faire avec la communication.

Les médias sociaux développent déjà de nouvelles pratiques. Sur un mode plus interactif, les rôles y sont interchangeables : producteur, transformateur, distributeur, consommateur, recycleur. Sur un mode plus équilibré, autour d’une nouvelle éthique : personne ne s’impose, on cherche à se faire accepter. Sur un mode plus social au sens de “société  : on pense “communauté”, “réseau”.  

 

Est-il possible de jeter les bases d’une communication équitable? De trouver de nouvelles pratiques en entreprise et en société qui permette à la communication d’être partagée au lieu d’être confisquée? 

 

Les médias non-finis comme l’internet permettent de contourner les systèmes oligarchiques qui ont mis la main sur les médias traditionnels. Ils ouvrent de nouveaux espaces de liberté à défricher, de nouvelles civilisations à construire. Une nouvelle communication à inventer.

 

Une communication basée sur des principes comme :

 

1. Primum non nocere. C’est le premier principe de la médecine : d’abord ne pas nuire. Etre responsable de sa communication, des conséquences qu’elle engendre, s’assurer qu’elle ne porte pas préjudice au destinataire. 

 

2. Principe d’écoute. Il découle du premier. L’intérêt du “client-demandeur” n’est pas la seule variable à prendre en compte même si c’est lui qui paie. L’intérêt du destinataire est aussi important, pas de communication qui ne vise à satisfaire ses  besoins en communication. Ses besoins vrais, ceux qu’il exprime librement. Pas ceux qu’on lui prête. Ecouter celui à qui on veut s’adresser d’abord. 

 

3. Principe de générosité. C’est une règle ancestrale, tout commerce, et donc toute communication, commence par des offrandes. Une grande partie de ce qui se communique doit être mis à disposition gratuitement. Il faut nourrir la machine à communiquer. Le payant finance le gratuit. Le “marchand” n’est qu’une partie de l’ensemble. Il ne cherche pas à tout envahir.

 

4. Principe de co-production. Avec les  médias interactifs, produire la communication d’un seul côté n’a pas de sens, c’est même un abus de pouvoir, une tentative de sujétion, de domination. Les processus coopératifs permettent d’adapter la communication  chemin faisant, en prenant en compte au fur et à mesure le point de vue de l’autre. Grâce à eux, on peut parvenir à une relation de communication équilibrée.

 

5. Principe d’équité. Chacun doit trouver son compte au final. Ce que l’un gagne ne doit pas être perdu par l’autre. Comme dans le commerce équitable, il faut redéfinir les termes de l’échange. En quoi la participation de l’acteur économique contribue-t-elle au développement de tous, et particulièrement de son client? 

 

On ne peut pas se contenter de communiquer selon les principes de Madison Avenue, ni selon ceux des fils de pub des années 80, ni selon ceux du "marketing viral" qui porte trop bien son nom pour qu’on puisse se méprendre sur son compte. Ce sont de nouvelles pratiques, de nouvelles règles négociées avec le public et non plus imposées, une nouvelle éthique qu’il nous faut trouver.

Nous, les professionnels de la communication d’entreprise, de la publicité, de la communication dite “d’influence”, de la communication publique, de la communication politique, du monde des médias et même du journalisme.

 

Pierre Gandonnière

NB Ce texte est une première ébauche. Chacun est invité  à participer à sa construction (corrections, remarques, ajustements, propositions, discussions). 

 

Commenter cet article

Pierre Durieux 29/03/2012 10:51

Merci pour cette réflexion ajustée. Votre intention me parait rejoindre la volonté d’un certain nombre d’internautes et de blogueurs de voir les bonnes pratiques du web écrite au sein d’une
charte... Je me permets de vous recommander cet article qui interroge les intuitions du Concile Vatican II et leur actualité par rapport au Web et aux réseaux sociaux.
http://lyon.catholique.fr/?vatican-II-point-zero
Il y a aussi dans le texte du Concile beaucoup à réfléchir (sur des réalités inconnues alors mais qui se sont avérées assez justes)...

Pierre Gandonnière 30/03/2012 11:49



Intéressant l'article de Lyon Catholiquequi montre comment les réseaux sociaux façonnent de nouveaus types de relations entre les membres d'une communauté de croyants, et comment ils
s'approprient ce outils. 


Sur la question de la charte.On parlati encore dans les années 90 (1995 pour être plus précis) de "nettiquette", une sorte de code de déontologie, des bosn usages du web, du savoir-vivre. Cette
notion a volé en éclats sous le coup de la massification et de l'entrée en force des marchands. Elle est à reconstruire, sinon c'est la Loi qui le fera.


Enfin pour moi la communicaiton équitable, comme le commerce équitable, c'est un échange éthique qui permet de prendre en compte les intérêts de chaque partie, et pas seulement de considérer
l'autre comme une cible qu'il faut convertir en acheteur. C'est donc une réflexion de fond sur les finalités et ls pratiques de la communication.


 


 



jouanin 18/03/2011 23:20


il semblerait qu’aujourd'hui, communiquer avec l'autre relève d'une construction pharaonique entre deux individus, alors établir une relation de communication et d’échange entre ce que propose un
groupement d'homme à un autre groupement d’homme que ca soit pour des idées, pour des projets, ou pour de la marchandises, il y aurait des sommets à déplacer pour poser ces premières fondations ;
la questions que je me pose, à t on envi de connaitre un tel défi habitants de civilisation de diverse horizon? Les indiens d'Amérique pense que notre monde est illusoire et que finalement le fait
d'avoir pillé leur symbole sacré dans le passé, n'a été qu'à la source de notre comportement égoïste, nous nous sommes transformé à l'image de ce que nous croyons être, à l’image de notre
modernisme et de nos communications, nos actes pour la plupart fait d’une société irresponsable face à « l’ écopologie » nous fait miroité une assurance intègre alors qu’en fait nous ne reflétons
pas cette modernité, nous l’avons construit mais nous avons pas encore construit un mode d’emploi, exemple pourquoi avons-nous laissé construire des œuvres nucléaires en zones séismique, pourquoi
devons nous être acquéreur d’une technologie au compte d’un crédit pour un pays, la course au armements, la course au pouvoir économique, les forces aussi semble être à l’image de notre faiblesse
car nous croyons être protégé, équipé de dispositif face à une armée équipé, mais notre engagement militaire reviens aux décideurs d’intérêts diverses étroitement dissipés dans les périodes de
tensions, la guerre d’un homme face à un autre homme est un mythe, nous sommes devenus des fonctionnaires obéissants, la seul guerre qui réussit son pari, c’est la machine, le notre, le bilan est
lourd, 2011, environs 6 milliard d’individu dont 2 milliard qui vivent avec moins de 2 euros par jour, 900 millions de morts par an de crise alimentaire, une société prête à toute les dépenses en
matière de divertissement et de freinage à la réflexions à l’outil critique et à l’auto critique, à l’esprit de révolte d’injustice, de refus, nous appartenons à une société d’obéissance ou le
reigne est la banalisation des codes ainsi chaque originalité est détecté puis jugé d’une manière détourné afin d’être exclus, comme les artistes qui s’expriment avec leur expression, comme des
éleveurs qui doivent sacrifier une part de leur solitude pour bénéficier d’appui, ce monde dit moderne relève du néolithique quand des jeunes ouvriers qui souhaitent créer de nouvelles stratégies
de commercialisations, et pour finir ce bilan, notre crime est à l’école, notre société qui a hérité de connaissance de ses anciens est réduit à une école de programme scolaire guidé par des
directives qui ont pour but d’orienté l’individu à son futur, une connaissance est abrégé, la transmission du savoir est stérile, et certainement la principale cause des jeunes qui sont
déstabilisés pour leur passage à l’homme, le font de tous cela qui forme une ogives, est la connaissance pour le résultat, notre erreur est là, nous avons appuyé sur la détente à ce moment là,
lorsque nous demandons des résultats dans une périodes d’apprentissage, là aussi serait le défis, celui d’accepter d’apprendre pour aimer apprendre, puis d’apprendre à vivre pour aimer apprendre à
vivre.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents