Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Ecologie de l'Information

L'Ecologie de l'Information

L'information est ce qui transforme le monde


Un storrytelling à la française, l'ITW de Sarkozy à New York

Publié le 26 Septembre 2009, 10:49am

Catégories : #Actualité


Qu'est-ce que le storytelling? Une certaine façon de raconter une histoire. L'interview de Nicolas Sarkozy mercredi sur TF1/France2 en est une vivante illustration. La scène se passe à New York, dans les locaux de l'ambassade de France, pendant le déroulement de l'assemblée générale de l'ONU. Comment détourner l'évènement pour qu'il serve de cadre à une mise en scène de la parole présidentielle?

 





L'évènement

Les personnages principaux en sont :

Barak Obama.

Il joue gros. C'est sa première intervention devant cette assemblée. Il vient défendre une nouvelle approche étatsunienne qui pour l'instant rencontre peu de succès : le multilatéralisme.

Muammar Khadafi

C'est la première fois qu'il est admis dans cette assemblée. Il arrive en bousculant tout et en ne respectant aucune règle, mais il arrive. L'enjeu est pour lui de devenir un interlocutoire crédible, une force proposition constructive, ou de rater sa mue.

Mahmud Ahmadinejad

Le président iranien est sur la sellette. Élection contestée, soupçon de vouloir construire l'arme nucléaire. Ses alliés de toujours semblent prendre de la distance : Russie, Chine...

 
Les dossiers chauds d'après Ban Ki-moon sont : le climat, le nucléaire, la pauvreté. D'après Barack Obama, il faut y rajouter le processus de paix entre Israël et la Palestine, et surtout cette question de gouvernance mondiale.

A l'évidence, sur aucun de ces sujets la France ne pèse d'un poids décisif. Le président de la République est au mieux un personnages secondaire de l'histoire.

Comment construire une histoire dans laquelle il apparaîtrait comme un personnage principal?

 
Le Storytelling


   1. Tout d'abord adopter un traitement médiatique franco-français. On est sûr de partager le même regard sur les évènements, un regard nombriliste. Avec la presse internationale, ça ne se passe pas comme ça. Même les journalistes belges sont devenus suspects (voir Sarko Circus, 5 tours de passe passe de la communication présidentielle)

   2.Choisir les journalistes, comme d'hab, ceux qui sont habitués à travailler en miroir sans jamais apporter de vraie contestation. (A laisser passer sans réagir des phrases comme « présenter les coupables devant la justice » ou « il n'y a plus de paradis fiscaux »)
   3.Mélanger des problématiques où l'on s'attribue le rôle principal

C'est ainsi qu'on va bien peu parler de ce qui se passe à l'ONU mais plutôt du G20 de Pittsburgh les 24 et 25, soulignant que le principe du G20 est une initiative française, même si c'était au titre de président de l'Union Européenne et non pas en tant que France. Du sommet de Copenhague et de l'exemplarité de la France à travers la taxe carbone. Et aussi et tellement, des affaires intérieurs françaises.

Ce mélange des discours et des décors a pour effet de laisser entendre un président de la République Française qui serait au centre de tout, sur la scène internationale comme il l'est sur le territoire intérieur. Il met en scène le pouvoir incantatoire de la parole présidentielle : « il n'y a plus de paradis fiscaux ». Enfin, il suggère l'image d'une France lumière du monde, entraînant à sa suite le reste des nations, et prêchant par l'exemple. On comprend soudainement pourquoi ce n'est pas très important que la fameuse taxe carbone, sous sa forme actuelle, soit à peu près totalement inefficace. Sa véritable vocation est de témoigner de l'exemplarité de la France, de servir d'argument-choc au discours présidentiel lors du prochain sommet de Copenhague.

Ce n'est plus seulement la parole présidentielle et sa mise en scène, c'est maintenant la politique elle-même qui est storytellée. Les mêmes recettes de communication politique nationale appliquées ici à une pseudo-scène internationale aboutissent à mettre en scène une sorte de tout puissance présidentielle rêvée et à la propulser dans une dimension planétaire.

Théorème de Cyrano de Bergerac :


Je suis le plus bel homme de ma chambre. Ma chambre est la plus belle de l'hôtel. Mon hôtel est le plus beau de Paris. Paris est la plus belle ville du monde. Donc je suis le plus bel homme du monde.

 

Pierre Gandonnière
Commenter cet article

Balkys 26/09/2009 15:13


T'es en forme on dirait docteur...!

Très sympa ton blog ^^ !


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents