Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Ecologie de l'Information

L'Ecologie de l'Information

L'information est ce qui transforme le monde


Refaire de l'information

Publié par Pierre Gandonnière sur 26 Octobre 2015, 17:24pm

Refaire de l'information

Et si Neil Postman avait raison ? Dans “Se distraire à en mourir”, en 1985 il dénonçait la dérive des médias vers le divertissement généralisé. Tout est divertissement, même les choses sérieuses, même la politique. La récente controverse à propos de l’émission Des Paroles et des Actes est une illustration. Neil Postman se situait dans un monde gouverné par la télévision. Qu’aurait-il dit au temps de l’internet ? Déjà dans les années 80, la communication avait remplacé les “propositions” qui s’adressent à la raison, par des images et des expériences qui s’adressent aux sens, à l’affectif. Plus encore qu’hier, nous sommes sommés de réagir de façon épidermique au moindre soubresaut des réseaux sociaux.

Et si nous avions tout faux, nous qui cherchons comment se placer dans le concert des klaxons en criant encore plus fort et encore plus vite ? Nous : les journalistes, les communicants, ceux qui se partageaient l’espace médiatique autrefois et qui aujourd’hui ne reconnaissent plus leur monde, n’arrivent plus à se faire entendre ?

  1. Et si l’enjeu était d’abord de reconstruire des espaces de silence ? A l'abri du brouhaha. Où l’on ne soit pas dérangé en permanence. Où l’on puisse naviguer tranquillement à son rythme sans se faire harponner par des messages intrusifs. C’est ce que tentent de faire les internautes en chargeant Adblocks. Il y a donc bien un réel besoin.

2. Et si, en fait, le public avait vraiment envie d’informations? Depuis le temps que les associations de consommateurs affirment qu’elle veulent être informées sur les produits et qu’on refuse de les entendre, on pourrait peut-être essayer. Et le faire avec elles, dans le dialogue. Cesser de faire de la communication seulement pour soi mais aussi pour ses interlocuteurs. Et si on cessait de croire que le journal télévisé doit se remplir des larmes de Madame Michu, mais qu'au contraire le public a peut-être d’abord envie de comprendre ce qui se passe? Peut-être que les médias main stream auraient quelque chose à y gagner en crédibilité.

3 Et si on privilégiait la qualité sur la quantité? On n’a pas besoin de plus d’information. On en a trop. On appelle ça l’infobésité. Mais sur le web il est de plus en plus difficile de distinguer les contenus informatifs des contenus fantaisistes, invérifiés, voire : falsifiés. C’est bien là justement que réside un gisement d’activité pour les professionnels de l’information : fournir uniquement de l’information “Label Rouge”, élevée au grain, avec de vrais bouts de réel dedans. Et fournir un service aux internautes : décrypter, sourcer, ou invalider, aider à trier, à évaluer.

Non, ça n’existe pas déjà. Pour l’instant ces activités sont perdues dans la masse et noyées dans le bruit. Il s’agirait de les structurer sous forme de services identifiables.

Commenter cet article

Monia 27/10/2015 11:54

Neil Postman... je crois ;)

Pierre Gandonnière 27/10/2015 13:49

Exact Mona, merci. C'est corrigé. Pierre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents